Cher les 3 Suisses,

J’aimerais vous féliciter pour cette belle campagne qui orne nos murs du métro parisien, nos bus des villes provinciales et qui embellit les pages de nos magazines féminin! Vous avez tout compris de notre vie, des femmes, de notre caractère, de notre intelligence, de la beauté, de la mode, de l’humour surtout!
Avec ces clichés de jolies filles si originaux pour vendre des vêtements, ces slogans d’une rare puissance intellectuelle… je n’ai qu’une chose à dire… bravo de nous faire remarquer à quel point la mode, la femme et la marchandise ne font plus qu’un aujourd’hui! Ces 3 entités réunies pour les 3 suisses… Cette série de 4 affiches où les filles scandent des textes régressifs me déçoivent profondément, et pourtant, avec vos vêtements, vos petits prix et vos 5 millions d’euros de budget, je suis sûre que vous auriez pu trouver quelque chose de beaucoup plus… intelligent.

Sur chacune de vos affiches posent 3 jeunes femmes… 3, sûrement pour les «3 suisses». Les images sont colorées et dynamiques : les jeunes femmes rient, dansent, s’amusent, sourient, militent… une certaine représentation de la joie et de l’épanouissement est faite dans ces images. À première vue la campagne attire l’oeil. Cependant, lorsque je pose mon oeil pour lire et comprendre vos images, il fond… étrange. Décryptons…

Ces 4 images marchent par diptyques, permettant de dégager un message à deux générations de femmes différentes :

– Il y a le groupe des femmes «révolutionnaires» ( «liberté, égalité, mode pour toutes» et «fauchées mais fashion») que je caractérise de révolutionnaires par leur attitude revendicatrice avec leur drapeau brandit comme le drapeau révolutionnaire de la Marianne et leurs cintres brandits en l’air comme les épées des trois mousquetaires…

– Il y a le groupe des femmes «BCBG» / «Bon Chic Bon Genre» («notre point G il est dans le placard» et «pas besoin d’être PDG pour avoir une P***** de garde-robe») qui à première vue, sans lecture des slogans, ont un côté plus mature, femme «adulte», jeune cadre bien dans sa peau.

Parlons du premier groupe, les jeunes femmes «révolutionnaires».
Avec votre révolution menée au nom de la Mode pour et par les gens fauchés, ces couleurs édulcolorées, et ces tenues courtes,  je pense que ce diptyque doit s’adresser particulièrement aux jeunes femmes, de 13 à 18 ans, qui sont dans cette période «ado rebelle» et qui cherchent à se démarquer par leurs tenues vestimentaires et leur comportement.
Ces jeunes femmes d’une vingtaine d’années sont vêtues de manière à exposer leurs atouts féminins (grands décolletés, jupe très courtes, ventre à l’air…).  Elles sont surmaquillées et/ou surcoiffées, comme dans un défilé de mode. Soit, ce qui est revendiqué dans ce diptyque est la Mode et comment la Mode nous rends belles et bien habillées… Enfin il s’agirait ici plutôt de déshabillées d’après ces tenues!
À travers ces deux images où la devise de la République Française est détournée en remplaçant le mot «fraternité» par «la Mode» et le drapeau révolutionnaire par un quelconque tissu à motif, la révolution devient Mode, la politique devient Mode, l’engagement devient Mode, les valeurs de la femme deviennent Mode… ces jeunes femmes ne vivraient et ne se battraient donc-t-elles que pour la Mode?
Autant je peux trouver certains de vos vêtements attrayants, autant, la manière dont vous (dé)vêtissez vos trois égéries font régresser l’image des jeunes femmes et les incite à ne mettre en avant que leurs atouts de séduction physique… Un beau sourire et une belle paire de cuisses. « Out la réflexion », puisque la réflexion est à la Mode.
Alors quoi, être fashion, belles et rebelles signifierait porter des jupes qui ressemblent à des ceintures, des décolletés plongeants et des ceintures en peau de ventre?

Quoi que vous nous donnez quand même la parole grâce à vos slogans, heureusement que les femmes peuvent s’exprimer avec à vous…

… et c’est votre manière de faire qui m’exacerbe particulièrement, surtout sur votre second diptyque d’affiches (les femmes «BCBG»).
Ce diptyque est construit différemment que le précédent : beaucoup plus posé, visuellement plus calme, noir/rouge/blanc,… au premier plan une femme de face, et deux autres femmes en arrière-plan (donc toujours ce trio 3 Suisses, hein, la trinité de la Mode en quelque sorte?). La femme au premier plan paraît être une jeune femme d’une trentaine d’années, mûre, sûre d’elle, et (toujours et encore) séductrice. Elles sont «plus habillées» que les femmes révolutionnaires, beaucoup plus sophistiquées (jusqu’au bout de leurs ongles rouges), et semblent plus réfléchies… cela dit, leurs dires ne le sont pas un moment et sont d’un déconcertant :

– «Pas besoin d’être P.D.G pour avoir une p***** de garde-robe». Oui, il n’y a pas que les PDG qui gagnent de l’argent… par contre, le cliché de la femme secrétaire sexy du PDG , dans son petit tailleur, est bien présent. Comme tout bon cliché de secrétaire, elle est au téléphone avec … une chaussure à talon?? Et qui plus est, reliée à une autre chaussure à talon par un ruban? Cela me rappelle vaguement ces jeux de pots de yaourt avec une ficelle que l’on faisait… vous savez… «Pas besoin d’étudier plus loin que la maternelle pour avoir une p***** de garde robe quoi!». Ben oui, puisque même si tu as un métier où tu ne gagnes pas beaucoup, c’est pas grave, tu pourras dépenser tes sous chez les 3 suisses tellement c’est fashion-fauché! A quoi bon avoir un cursus d’étude et une carrière dites moi, quand on peut avoir des vêtements pas chers!… Ouille mon QI de jolie fille en prend un coup!

et la cerise sur le gâteau…
– «Notre point G il est dans la penderie» : Précisons pour celles qui ne sauraient pas exactement ce qu’est le point G : il désigne une zone du vagin, dont la stimulation provoquerait un orgasme particulièrement intense chez la femme.
Que dit ce message à la construction grammaticale si simplette? Messieurs si vous voulez profiter de notre libido offrez-nous des fringues? Je n’atteins l’orgasme sexuel qu’avec l’achat de vêtements? Nous sommes frigide de «vrai» sexe car seuls les vêtements de ma penderie ont un effet orgasmique sur moi? Confondre les pulsions sexuelles avec du shopping ne reviendrait-il pas à nous supposer totalement matérialistes?
Je dis «nous» car j’appuie sur le fait que cette femme parle au nom de toutes les femmes en disant «Notre point G», comme s’il s’agissait d’une affirmation universelle!
Enfin où sont passées les vraies valeurs des relations humaines?

Non mais sincèrement, messieurs d’Euro RSCG, vous n’avez absolument rien trouvé d’original et d’intelligent à travers cette campagne publicitaire et qui a en plus couté plus de 5 millions d’euros!
La jolie fille pimbêche, il y en a marre!
Certes, il y en avait assez d’entendre dire «Soit belle et tais toi!», mais pour ce que vous nous faîtes dire, il vaut mieux franchement encore se taire! Et d’ailleurs, quand on vient sur votre blog «chouchou thérapie» pour parler de votre campagne négativement (un immense merci à ces demoiselles qui ont pris le temps d’ouvrir leurs grandes gueules!) , c’est étrange comme le post est supprimé ou immédiatement bloqué… n’est-ce pas? :

http://espace-de-dialogue.3suisses.fr/feedbacks/51633-votre-derniere-campagne
http://espace-de-dialogue.3suisses.fr/feedbacks/51630-votre-campagne-de-publicite
http://espace-de-dialogue.3suisses.fr/feedbacks/51511-qui-nous-parle-ainsi

et puis cette réponse systématique avec ce « manifeste de la chouchou thérapie », franchement…
Alors finalement… c’est toujours «sois belle et tais-toi» hein!

Pas étonnant qu’à notre époque les jeunes filles se baladent le string hors du pantalon car elles rêvent d’être placardées sur affiches comme vos mannequins en jupette que vous leur donnez en exemple ! Vous rendez-vous au moins compte de l’impact de vos campagnes sur les ados ? Oui évidemment, et vous en jouez, là est tout la décadence et la perversité des campagnes de pub,… et vous n’êtes hélas pas les seuls à faire de la mode régressive !

(allez une dernière image bonus!)

Alors que vous nous incitiez à faire une Chouchouthérapie (je rappelle que le mot «thérapie» veut dire «traitement médical») avec cette campagne, moi je me permets de vous inciter plutôt à voir un Psy pour une vraie thérapie (quoique vous préférez encore acheter un top à bretelles à 19 €…) car faire croire aux femmes que la mode et être bien dans sa peau c’est s’habiller court en se sur-pomponnant, faire un humour sexuello-douteux, et téléphoner dans des chaussures, mérite qu’on vous botte le cul à grands coups d’escarpins…


J’espère Mesdemoiselles que vous prendrez le temps de réagir quand vous croiserez une publicité dégradante! Ne croyez pas que vos critiques ne seront pas écoutées, il est important de le faire savoir à son auteur… Déjà que la publicité nous est constamment imposée, ne laissons pas ces agences de pub nous abrutir avec leurs campagnes douteuses…!

Ouf! C’est fini!

Bonne journée mon petit internaute !
Je t’embrasse fort !

Publicités

_

9 février 2010

Selamat Jalan Oma

6 février 2010

Mademoiselle lulu.fr

1 février 2010

Que 2010 vous apporte beaucoup d’Amour…

Je vous souhaite un très Joyeux Noël!!